Julien Roux

Sandrine Peyroux et Serge Reggiani (2011)



Petit film des peintures de Sandrine Peyroux (sandrinepx@gmail.com), artiste peintre, sur une musique de Serge Reggiani, “L'Hôtel des rendez-moi ça” (1967).

Commentaires

1. Le mercredi 19 janvier 2011, 21:20 par Riton

J'adore !! Merci ;-)

2. Le mercredi 19 janvier 2011, 21:24 par Magdalena

Un petit lapse de temps ....et je découvre.....
Pour répondre à Tom, il y a des artistes qui préfèrent ne pas commenter et laisser aux spectateurs dirent ce qu'ils pensent. Pas si facile face a un public qui aime ou qui n'aime pas - c'est le propre du public et de a critique. Critique constructive bien entendu
Sandrine Peyroux s'exprime, néanmoins, je trouve que c'est dommage qu'elle n'utilise pas d'autres couleurs, c'est un peu sombre, bravo quand même car exhibé ce qu'on aime est pas chose facile ...une question de perception ....peut être

3. Le jeudi 20 janvier 2011, 12:14 par Tom-Patrick

Décidément...!
J'ignorais être tombé en Terre si scolaire...Tombé des nues, sur le cul, etc...
"Spectateurs" (ouarf !!!)..."Artiste"...."Public"...."Critique CON-structives"...
(ça ressemble au minable: " avec modération" des invites festives au Champagne...)

Chacun dans son pré, les vaches seront bien gardées...(c'est l'esprit "Maison" ?)
Sauf, dirait-on, l'orthographe, la grammaire et la conjugaison qui elles, broutent franchement hors sol,
loin du B.A= BA, comme BArbelé, pour ces près bien carrés, avec barrières, délimitations
tatillonnes et mal inspirées...
Mais j'y vois déjà fleurir les jolies pâquerettes dignes de son sol bien plat, je vois ce commentarium
s'émailler de charmants "j'adore-merci", si riches, si plein de suc, aux échos si fertiles....!
...Ce type """ d'échange""" fera votre moisson, bel engrangement !
...Bien , j'ai trouvé l'entrée, je trouverais bien la sortie, bien balisée, elle aussi...
Allez... "Bonne continuation"...!

4. Le vendredi 21 janvier 2011, 13:49 par misscocotte

J'en voudrais plus de votre peinture puissante et délicate; plus encore en partager de ces intimités... Que d'émotions, Madame Peyroux, que d'émotions vous nous offrez. Merci ...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet